Dominique Moser-Massy

Après trente-huit ans d'enseignement dans des classes primaires, Dominique Moser-Massy a pris sa retraite en 2011. Actuellement, elle se transforme, une fois par semaine, en lectrice dans une classe enfantine à Lausanne. Née à Berne le 6 janvier 1951, elle a sept ans quand sa famille s'installe dans le Canton de Vaud. Mariée, elle est mère de deux filles âgées de 39 et 35 ans.

Au cours de ses années d'enseignement, Dominique a suivi la formation d'animatrice de santé et a participé à l'élaboration et à l'organisation des journées sportives sur le thème des jeux coopératifs pour les classes de son établissement scolaire. Elle a également mis sur pied, avec deux collègues, des « semaines éducatives » destinées aux élèves et à leurs parents et aux enseignant-e-s. En fin de carrière, elle a occupé le poste de doyenne et organisé entre autres des concerts de Noël à la Cathédrale de Lausanne.

Parallèlement à son travail, Dominique a assuré une permanence téléphonique au Bureau Information femmes (BIF) durant deux ans. Elle a été membre du conseil de la Fondation Renée Delafontaine, du comité du Centre de Liaison des Associations Féminines Vaudoises (CLAFV) et du comité de l'association Tandem à Lausanne, association qui a pour but l'accompagnement et le soutien des personnes en difficulté ou marginalisées.

Depuis plus de vingt ans, Dominique est membre du club Soroptimist International de Lausanne, club service féminin au sein duquel elle a occupé plusieurs postes. Elle s'est investie dans l'organisation de cinq marathons de natation (Swimathlon) en faveur de la Société suisse de sclérose en plaques (SEP), la Fondation du Levant, la Fondation Renée Delafontaine, Swisstransplant et Point d'Eau à Lausanne.

Durant ses années d'enseignement, Dominique a mis un point d'honneur à mettre sur pied des projets moins scolaires afin de « lutter » contre l'exclusion de certains élèves au sein de sa classe.

La découverte du travail de Rebond'Art, lors des représentations de « l'Opéra des gueux », lui a donné l'envie, si l'occasion se présentait et surtout si elle avait plus de temps à y consacrer, de s'impliquer pour cette association.